Máddji

Bonsoir à tous ! Ici Julio, fidèle au poste !

Comme vous avez dû le constater, voici venir la fin du weekend et je voulais vous offrir une découverte musicale pour finir ces deux jours bénis. Je vous le dis tout de suite, je ne serai pas généreux en informations car il se trouve qu’il fut très dur de trouver le peu que j’ai à vous dire. Il faut dire que mon artiste est norvégienne et que l’on entends pas trop parler d’elle sur la toile. C’est donc de traductions de pages norvégiennes que je tire mes scoops ! Vous imaginez le bazar. M’enfin, il en faut plus que ça pour m’arrêter. En route donc pour les terres du nord avec Máddji !

Máddji

Máddji, pour nous accompagner dans ce voyage culturel étonnant !

Alors, je parle de voyage culturel avec Máddji, de son nom complet Ánne Máddji Heatta,  mais ce n’est pas juste une question de Norvège. Non non ! La jeune dame ci-dessus transmet par sa musique un héritage émanant des Sámis (ou encore Saamis ou Lapons), peuple vivant au nord des pays scandinaves et également en Russie. Alors, pour faire court, les Sámis sont à l’origine des indigènes vivant de la pêche et de l’élevage de rennes (peut-être même ceux du père noël, qui sait ?) et qui, comme tout peuple, a ses originalités culturelles. Et si leur mode de vie a évolué, les traditions n’en demeurent pas moins présentes. Celle qui nous intéresse est bien entendu la tradition musicale. La particularité dans le domaine chez les Sámis est le Joik, chant a cappella, transmetteur fort d’émotions, appelé chansons du diable par les évangélistes du coin. Vous allez me dire, il voit le malin partout ceux là 🙂

Enfin bref ! Máddji se veut donc une des voix perpétuant la tradition du Joik, tout comme la bien plus célèbre du genre Mari Boine, mais aussi le rendant plus accessible par des arrangements instrumentaux qui accompagnent le chant. Il faut dire que le chant a cappella, c’est particulier ! Mais me direz-vous, si ce n’est plus a cappella, ce n’est plus du Joik. Alors effectivement, en cherchant bien, on trouve des personnes assez sceptiques, voir des détracteurs. Des gens qui diront que la world music de ces artistes dénature la tradition musicale des Sámis. Ceci étant dit, c’est grâce à ces artistes justement que j’ai découvert l’existence de ce genre musical, et la culture dont il est issu. Ne serait-ce que pour ça, je trouve donc la démarche louable. Moi ça me fait un voyage de l’esprit, et j’adore ça ! Je vous laisse juger par vous-même avec Iditguovssu (Dawn Light en anglais) :

Alors pour ceux qui aimeraient comprendre les paroles, il faudra s’accrocher un peu car Máddji chante dans la langue des Sámis, forcément. Il semblerait que le but de son premier album, Dobbelis, qui se traduit Beyond en anglais, soit de donner à rêver. Je ne sais pas si ça peut vous aider, mais c’est toujours ça de pris ! Enfin, pour finir avec une petite info qui sort de l’ordinaire, il est amusant de noter qu’avant d’être chanteuse, Máddji était une footballeuse professionnelle en Norvège. Elle a arrêté sa carrière de sportive à cause d’une blessure au genou, qui l’a, entre autres choses, amené vers la musique, pour notre plus grand bonheur ! Voici GuhkkiFar en anglais :

Le style est particulier mais prenant ! Sur ce, je vous laisse ! Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les Sámis, c’est par ici sur wiki ! Bonne soirée, et bon courage pour demain ! Chez Music U Need, c’est comme chez vous, on aime les weekends 😉

MySpace

Julio pour Music U Need !

Publicités

2 réflexions sur “Máddji

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s