Eilera

Bonsoir à tous !

Après toutes ces news du Hellfest, j’ai un peu oublié de continuer à écrire des articles et à balancer de nouvelles découvertes. Ceci dit, ça ne veut pas dire que je n’en avais pas sous le coude, et je suis donc impardonnable ! Dépêchons-nous de nous rattraper pour oublier ces moments d’égarement. Ce soir, il s’agit d’un groupe assez particulier, de par les différents tableaux sur lesquels il joue, mais aussi de par la formation même. J’ai hâte de vous raconter tout ça ! Eilera, here we go !

Eilera

Eilera, avec Loïc, Aurélie et Jan Sormo (si je ne me fourvoie pas !)

L’histoire d’Eilera, vous disais-je, est assez compliqué puisqu’il s’agit d’un groupe basé (à moitié ?) en Finlande, composé à l’origine de membres français ! Ça vous en bouche un coin ça ! En fait, il faut remonter aux années 96-97 pour se situer aux prémices de la collaboration entre Aurélie et Loïc qui jouaient à l’époque dans leur formation respective. Si Loïc voguait déjà dans les mers d’un métal progressif, il faut savoir que Aurélie côtoyait l’univers du black métal. A l’écoute de la musique d’Eilera, vous constaterez le chemin parcouru : on est bien loin de la musique extrême ! Il faudra en fait quelques années (on se situe dans les années 03-04) pour que Eilera voit vraiment le jour sous ce nom, et avec le style qu’on lui connait actuellement. Sort alors l’album Facettes.

Facettes

Facettes

On sent dès cet album les influences multiples, ou plutôt les styles musicaux qui inspirent nos deux artistes. Le plus fort, c’est la façon dont ils marient tout cela. Le métal se fait sentir bien sur avec des guitares très présentes, mais aussi des nappes de synthé flirtant avec l’atmosphérique, des percussions électro et des instruments plus traditionnels tel du violoncelle, illustrant une attirance pour le folk, et plus particulièrement le folk celte. On peut parfois penser à Björk, parfois à du A Perfect Circle, sans doute d’autres choses aussi. Mais l’identité de Eilera est réellement forte et relativement unique. Un compliment n’est-ce pas !

Ce qui est peut-être intéressant de souligner, c’est que l’on ne s’approprie pas facilement un album d’Eilera à la première écoute. Certains morceaux sont très doux, s’agissant de ceux plus orientés folk/celtic. D’autres sont au contraire très énergiques avec des riffs bien saturés ou encore des rythmiques électro assez bourrines sur les bords. Pas évident de passer de l’un à l’autre. C’est après quelques écoutes que j’ai réussi à saisir le lien artistique de l’ensemble, et la beauté de l’album s’en fait d’autant plus ressentir ! Brrrr des frissons dans le dos rien que d’y penser, mais j’écoute en même temps que j’écris il faut dire !

Bon, comme c’est pas mon style de faire des chroniques d’albums, je ne vous ferai pas le même speech pour les autres albums, Fusion, Precious Moment et Dark Chapter… And Stars I et II mais vous pouvez garder en tête ce qui est dit plus haut, c’est dans la même veine, en plus métal peut-être ! C’est parti pour l’écoute !

La première chanson de l’album FusionNon Merci (bah oui, elle est française !) :

D’ailleurs, avec tout ça j’ai oublié de vous dire comment ils ont fini en Finlande ! En fait, Spinefarm Records a repéré Eilera peu après la sortie de Facettes. Cette maison de production étant basée en Finlande, la boucle est vite bouclée ! Cela leur a donné l’opportunité de travailler avec du beau monde. Il faut dire que la Finlande est prolifique dans son genre ! Je citerai le site officiel pour être parfaitement exact :

Premières collaborations avec le producteur Hiili Hiilesmaa (HIM, Sentenced, 69 Eyes…), Mika Jussila au mastering (Finnvox Studio, Helsinki), le violoncelliste Max Lilja (ex-Apocalyptica, Tarja Turunen), la violoniste Laura Airola, le batteur célèbre en son pays Antti Lehtinen, le bassiste/producteur Pasi Heikkilä , le joueur de fiddle Ecossais Ian Mc Camy, et bien d’autres.

Enfin bref ! On retourne maintenant à l’écoute et, dans un style plus électro, Uncomprehension sur Facettes :

N’est-ce pas magnifique ! Ce solo de gratte à la fin du morceau me donne (encore !) des frissons ! Ce que je trouve aussi très agréable avec Eilera, c’est que l’on sort des clichés du métal/chanteuse/folk et tout ce qui peut se faire dans le genre. Pour avoir été un grand fan de rock goth et folk à chanteuse, je peux vous dire que l’originalité est rendez-vous ! Prenez le temps d’en écouter plus, vous vous rendrez compte de la richesse du répertoire musical ! Je ne tarie pas éloges ce soir, mais c’est grandement mérité ! Je finirai en ajoutant que Loïc a quitté la formation depuis mais que l’aventure Eilera, elle, continue !

Voilà, c’est tout pour ce soir ! J’espère que vous aurez passé un bon moment en compagnie d’Eilera et que vous avez été conquis ! Je vous souhaite une bonne soirée et vous dis à bientôt sur votre blog de découvertes musicales préféré 😉

Site officiel

Grooveshark

Crédits photo : Emilie Potin-Suau; Julia Laffaille-Taurignan; James Van NGuyen

Julio pour Music U Need !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s