Bad Tripes

Bonjour bande de homards au beurre blanc !

J’espère que les fêtes de now hell ont été bonnes et que votre digestion est terminée car on va attaquer sévère en ce 26 Décembre. Notre groupe du jour, venant du même coin que Calling of Lorme, ne fait pas dans la dentelle et c’est pour ça qu’on les aime : Bad Tripes !

Bad Tripes

Bad Tripes

Ce que j’aime bien avec le nom, c’est que l’on peut déjà faire une analyse étymologique, avant même de parler musique, pour essayer de deviner à quoi on peut s’attendre. Donc, sortez vos dictionnaires, c’est parti ! Un bad trip est, selon Le Petit Julio 2013, un délire sous drogue douce ou dure, qui a tendance à mal finir. Paranoïa, vertiges, hallucinations flippantes etc. Ensuite, vous remarquerez avec tout votre sens de l’observation que trip est en fait écrit tripes ! Ceci donne, vous en conviendrez, une dimension gore. Je doute fort que l’on parle de tripes à la mode Caen (représente !) mais bel et bien de vos tripes et des miennes qui baignent dans nos corps et qui pourraient finir sur le trottoir, ou autre, sur un coup de pas de bol (bon ap’) !

Phase terminale

Phase Terminale

Fort de cette analyse littéraire, nous pouvons donc imaginer une musique à inspiration glauque et gore ! Et bien, je vous félicite, 20/20 ! En effet, Bad Tripes, c’est pas pour les bébés. C’est du sale, du violent, du sang, du dark ! Fondé en 2007, le groupe a déjà pondu deux albums sobrement nommés Phase Terminale et Splendeurs et viscères, ce dernier tout juste sorti des fourneaux, saignant, soit ma cuisson préférée ! J’ai d’ailleurs été étonné de n’avoir jamais entendu parler d’eux avant, au vu de la qualité de la musique ! Encore plus surprenant, c’est que leur expérience scénique n’est pas en reste avec, entre autres, une tournée en Europe avec Six Feet Under. Comment se fait-ce que je n’ai jamais ouïe parler d’eux ?! Il faut croire que je faiblis …

Mais arrêtons là mes lamentations et parlons de la musique de Bad Tripes. C’est donc un métal énergique et très direct que l’on mange en pleine face dès qu’on appuie sur le bouton lecture. Les riffs et la rythmique, ravageurs, presque épileptiques, seront votre repère, votre fil d’Ariane lors de l’écoute de Bad Tripes. Car, certes, je pense pouvoir dire sans faute que l’on a affaire à du métal, et pourtant, c’est bien plus que ça. Et oui ma petite dame ! Mes évocations à un univers sanglant et glauque ne sont pas fondées sur le simple fait qu’il s’agit de métal. Et non mon bon monsieur !

En fait, cet univers prend corps en grande partie dans le chant et les textes de Hikiko Mori, la chanteuse (n’est-ce pas logique ?), qui prend plaisir à moduler sa voix, offrant un dialogue schizophrène, très troublant ! Les paroles en français ne nous épargnent pas non plus et la description du press kit ne nous cache rien : le cd […] vous mènera dans un bal peuplé de succubes nécrophiles et vengeresses, de porno-stars japonaises cyniques, de suicidaires joyeux et de princes charmants pervers. Là est l’univers de Bad Tripes !

Splendeurs et viscères

Splendeurs et viscères

L’autre point participant grandement à cette grande mascarade déjanté est l’ajout de sonorités électroniques (Hana to Tebi et bien d’autres), d’instruments exotiques (Dans le désert), et d’autres choses encore telles qu’un clavecin et autres cuivres (me semble-t-il), comme sur Les noces de sang qui me donne carrément l’impression de rentrer dans une maison de l’horreur, hantée de partout ! C’est burlesque et malsain, énergique et hypnotisant. Et donc très travaillé selon moi. J’ai évoqué très rapidement les instruments standards mais ceux-ci se mêlent parfaitement aux excentricités dont je viens de parler et ce n’est pas un maigre exploit. Petite dédicace d’ailleurs aux mélodies claires jouées à la guitare comme sur Le radeau ivre, osé et réussi !

Pour conclure, Bad Tripes a de quoi se vendre et, pour parler influence, m’évoque sans complexe des groupes comme Punish Yourself. Ça ferait une belle date d’ailleurs, Bad Tripes et Punish Yourself, dans le genre orgie de tout ! Idée jubilatoire … mais bref ! Je vous laisse écouter le clip Les noces de sang qui, à lui seul, illustre mon propos !

Très sympa, n’est-il pas ? Sur ce, j’espère que vous aurez apprécié Bad Tripes et je vous souhaite encore une fois un bon appétit et vous dis à bientôt sur Music U Need pour une nouvelle découverte (j’en ai une qui me travaille sérieusement !). Bonne année à tous et ne buvez pas trop les petits !

Bandcamp

Facebook

Julio pour Music U Need !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s