The Last Embrace

Salutation mangeurs de foie gras !

Avant toute chose, je vous souhaite une excellent année 2014 en espérant que 2013 ce soit finie dans la joie, la bonne humeur et … dans un capharnaüm total ! Oui, j’ai bien dit capharnaüm ! Sur ce, ne traînons pas outre mesure et partons à la découverte de The Last Embrace, groupe que j’ai découvert grâce au guitariste de Steel Rangers qui, au cours du festival Bar – Bars, a eu la délicate attention d’offrir un cd promotionnel du dit groupe. Je m’excuse au passage de m’être jeté dessus comme une brute, mais c’est comme ça que ça se passe chez Music U Need ! Si on nous propose une découverte, on rapplique direct !

The Last Embrace

The Last Embrace (photographie par Franckichon)

Pour être honnête, on ne se jette pas non plus sur tout. Mais quand Nico aka Dr Pankow balance que c’est un groupe qui vient de passer à Une Dose 2 Métal et que cela donne dans le style Anathema, là, je traverse les foules volontiers ! C’est donc équipé du press kit et du dernier cd, Essentia, que j’écoute pour la première fois The Last Embrace. Le seul truc dommage avec le press kit, c’est qu’il est structuré exactement comme mes articles ! Donc bon, ça ne va pas faire très original, mais y’a plein de sites qui font des copiés-collés de bio, je n’aurai donc pas à rougir !

The Last Embrace voit le jour en 1998 (et ouais !) avec Olivier, seul membre encore présent de la formation d’origine, et un certain Vik. Il leur faudra trois ans pour sortir un premier EP éponyme ce qui, certes, peut parraitre long, mais a eu le mérite de leur permettre de partager la scène avec des beaux noms. Je pense en particulier à The Gathering que j’adOOOre ! Le temps passe, le line-up évolue, et pouf, nous voilà en 2005 avec le premier album complet, Inside. Celui-ci, très bien reçu, permet encore à The Last Embrace de côtoyer du monde dont Danny Cavanagh (Anathema) et Antimatter (!!). On pourra signaler puisqu’on parle d’Antimatter que Mick Moss sera invité en guest pour le troisième bébé de The Last Embrace, j’ai nommé Aerials.

Essentia

Essentia

Voilà voilà ! Nous allons maintenant attaquer le cd qui nous intéresse, Essentia. Avec cet opus, The Last Embrace a réalisé un rêve, enregistrer un album entièrement acoustique. Leurs précédentes créations (que je n’ai pas écouté donc je n’en dirais pas trop) surfaient apparemment (donc encore !) sur un métal atmosphérique. J’imagine un son approchant Anathema à une époque comme JudgementEssentia tourne une page dans la discographie de nos petits français, pour résumer. Etant composé essentiellement de morceaux des précédents albums adaptés en version acoustique, Essentia a l’avantage de profiter de morceaux certainement éprouvés, et place la barre très haut.

Les compositions sont d’une richesse surprenante et on se laisse emmener dans cette aventure dès la première écoute. Les morceaux varient entre moments feutrés et d’autres plus intenses, distillant des atmosphères tantôt oniriques, tantôt dramatiques. Les arpèges cristallins (Aerials, Mother et d’autres) soutenus par la magnifique voix de Sandy, fragile et claire, me font tressaillir à chaque écoute. La rythmique n’est, quand à elle, pas du tout hors sujet, même quand elle flirte à ce que je pense approcher de la salsa (Inside), alors qu’elle représente souvent un risque à mon goût dans ce genre d’exercice. La batterie l’illustre sur certains passages en marquant une fracture trop « violente » sur certains couplets/refrains. Les risques de l’acoustique !

Ceci dit, ne connaissant pas les morceaux dans leur format orignal, je ne peux dire à quel point le passage à l’acoustique est concluant. Ce que je remarque cependant, c’est le soucis du détail et chaque écoute apporte son lot de subtilités qui avaient pu passer inaperçu jusqu’alors. Si la première audition de l’album nous emporte comme je le disais, il ne faut pas s’en satisfaire. Si on ajoute à ce soucis d’adaptation/composition les violons, le piano et la flûte, la flûte ! qui joue avec la guitare sur Impending Dawn à partir de la troisième minute, un moment merveilleux de musique, ainsi qu’une production digne de l’enjeux, on ne peut qu’ovationner cet album qui réussit son pari. The Last Embrace s’est mis au service du Beau musical avec Essentia, comme le font des Anathema ou encore Antimatter, et y contribue d’une manière significative. Pour conclure, je dirais que je l’écoute bien quatre fois par semaine au bureau depuis un mois et demi. Si avec ça, vous n’avez pas envie d’y jeter une oreille !

Je vous laisse avec l’écoute de Roads, une reprise de Portishead, en direct sur Une Dose 2 Métal et j’espère sincèrement que vous irez en découvrir plus, notamment sur le SoundCloud au dessus !

Cette année 2014 commence fort, il va falloir assurer en matière de découvertes ! Bonne soirée à tous et à bientôt sur Music U Need !

Site officiel

Julio, pour Music U Need !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s